L’épidémie de bronchiolite est actuellement en pleine progression. On a beau être prévenu, chaque année ce sont quelques 500.000 bébés qui sont touchés par cette inflammation de la paroi des bronchioles. Les effets du virus vont crescendo et peuvent être spectaculaires. Cela commence par un simple rhume. Bébé a de la fièvre, il peine à respirer, il a du mal à manger. Cela se termine plu souvent qu’on ne croit par une hospitalisation via les urgences.

Cela peut être traumatisant pour l’enfant. Mais ça l’est assurément pour les parents, d’autant que les petits patients ont en général entre un mois et 2 ans. Il existe pourtant des moyens de ne pas en arriver là. D’abord évitez de fumer en présence de vos enfants (cela est valable à tout moment). Ensuite lavez-vous les mains le plus souvent possible.

La kiné respiratoire fait débat

Pensez également à nettoyer votre bambin dès qu’il est encombré : utilisez du sérum physiologique. Évitez aussi de laissez tous vos amis faire « Ô mais comme il ressemble à sa mère ! » en se penchant sur le couffin alors qu’ils viennent d’éternuer.

Sinon l’important c’est évidemment d’agir rapidement. Au moindre soupçon de bronchiolite, n’attendez pas : consultez. Ne vous dites pas que vous verrez dans quel état sera votre enfant le lendemain. Prenez immédiatement rendez-vous avec le médecin. Il se pourrait bien qu’il prescrive quelques séances de kiné respiratoire.

Il y a d’ailleurs débat sur ce sujet. Beaucoup de praticiens prescrivent la kiné respiratoire. Mais l’Assurance-maladie émet des doutes sur son efficacité. Il est bien difficile de trancher. Une chose est sûre : après une séance, le bébé va généralement beaucoup mieux. Mais cela peut être éprouvant pour les parents. Ils ont l’impression qu’on oblige leur enfant à cracher, qu’il va s’étouffer. Il faut avoir vécu ça pour le comprendre.

Bientôt un vaccin ?

En général le massage du kiné est énergique, il appuie sur le thorax, il met son doigt dans la bouche de bébé. Ce dernier semble affolé, il vous cherche du regard et donne l’impression de ne pas comprendre pourquoi vous n’intervenez pas. Vous culpabilisez, ça vous perturbe, et c’est un moment un petit peu délicat à gérer. Mais bientôt tout cela sera peut-être fini : il est question d’un vaccin contre la bronchiolite.

Ce n’est pas pour tout de suite (on évoque une échéance de cinq ans). L’affaire n’en est qu’à ses balbutiements, mais elle avance grâce à une équipe de chercheurs français. L’idée serait de vacciner les femmes enceintes : elles fabriqueraient des anticorps, qui transiteraient par le placenta pour être transmis au fœtus. Bébé sortirait alors du ventre de sa mère en étant protégé contre la bronchiolite.

par Michel Cymes , Loïc Farge

Leave a comment

X
- Entrez votre position -
- or -